Le diamant bleu des rois ou le diamant bleu de la Couronne

diamant-bleu-couronne-de-France

Ce célèbre diamant est un grand diamant bleu acheté par Louis XIV à Jean-Baptiste Tavernier. Ce dernier le rapporta d’Inde en 1668.
En 1671, il fut retaillé par Jean PITTAN. Porté par Louis XIV sous forme de broche lors des fêtes.

Sous le règne de Louis XV, le diamant revient en grâce dans le célèbre insigne de l’ordre de la Toison d’Or. Plusieurs recherches de cet objet majeur, merveille absolu de l’orfèvrerie rococo, n’ont pas permis de le retrouver.

Vol en 1792.

C’est entre les 11 et 16 septembre 1792 que le célèbre insigne de l’ordre de la Toison d’Or fut volé lors du sac dramatique de l’hôtel du Garde-Meuble. Cet hôtel s’appelle également l’hôtel de la Marine. Son bâtiment jumeau abrite l’hôtel de Crillon et l’Automobile Club de France.

Ce vol qui peut être qualifié de « Casse du millénaire », fut accompli par une trentaine de brigands extrêmement bien renseignés. Seules les armoires principales sont fracturées : elles contiennent plusieurs œuvres majeures, c’est un des plus grands trésors du monde de l’époque avec celui du Grand Moghol. Plusieurs de ces gemmes furent heureusement retrouvées mais certaines merveilles comme l’épée de diamant de Louis XVI demeurent définitivement introuvable.

Plusieurs brigands furent arrêtés sur dénonciation. Ils ont été guillotinés sur le lieu même de leur forfait Place de la Révolution aujourd’hui appelé Place de la Concorde.

Apparition en 1812 chez un joaillier londonien.

Vingt ans plus tard, le 19 septembre 1812, un diamant bleu de 45,5 carats de forme ovale fait son apparition outre-Manche. La description de ce diamant est faite par M. John Francillon avec la permission de M. Daniel Eliason, un négociant de diamants Londonien. C’est un événement peu commun car l’apparition de ce dernier se situe deux jours après la fin du délai de prescription.

Le premier véritable propriétaire de ce diamant est le richissime et fantasque Thomas HOPE, membre d’une famille de banquiers.

En décembre 2007, François FARGES, chercheur au département histoire de la Terre du Muséum national d’histoire naturelle fait une incroyable découverte : un modèle en plomb avec une inscription indiquant que ce diamant avait bien été possédé par Thomas HOPE.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *